Accessibilité des informations en fonction de qui vous êtes avec les Témoins de Jéhovah

Fond

Toute personne qui commence par organiser les Témoins de Jéhovah sur les abus sexuels se fera dire qu'elle fournit des informations pour protéger les enfants depuis des années. Les représentants de la communauté religieuse ne manqueront pas de rappeler les nombreuses publications qu’ils ont publiées sur le sujet. Il y a en effet beaucoup de matériel sur leur site web et sur la page 'Les Témoins de Jéhovah fournissent des informations pour prévenir les abus sexuels est filtré avec un grand nombre de pistes.

Selon les témoins de Jéhovah, la responsabilité de protéger les enfants incombe aux parents. Presque tout le matériel d’information est donc destiné à aider les parents dans ce domaine. Mais qu'en est-il de la responsabilité de l'organisation? Et si la politique de l'organisation avait des conséquences qui empêchent les enfants d'être correctement protégés? Et pourquoi rien n'est publiquement publié sur les politiques qu'ils poursuivent?

Il semble que les informations soient délibérément tenues à l'écart des membres d'église ordinaires et du monde extérieur. Étant donné que les membres doivent en traiter dans la pratique, ils auraient le droit d’en savoir plus à ce sujet. Certainement en ce qui concerne les abus sexuels.

Fourniture d'informations hiérarchiques

Les membres ordinaires de la congrégation baptisée ont le livret comme guide pour leur vie et leur service en tant que Témoins de Jéhovah Organisé pour faire la volonté de Jéhovah (2005). Ce livre est baptisé et il n'est pas destiné au grand public. Les membres de l'église y ont aussi accès Cahier de réunion de vie et de service, les magazines La tour de guet en Réveille toi! et toutes les autres publications destinées à des activités fraîches. De plus, les membres de l'église sont parfois informés au moyen d'annonces ou de la lecture à haute voix (une partie de) lettres destinées aux municipalités.

Les aînés ont un manuel pour s’acquitter de leurs tâches. Le manuel actuel s'appelle Nourrir le troupeau de Dieu (ks-10, 2010). Le précurseur était Faites attention à vous et à l'ensemble du troupeau (ks-91, 1991, la version néerlandaise de cela fait référence aux éditions précédentes de 1977, 1979, 1981). Seule une personne âgée a généralement une copie de ce livre. Les directives sont complétées et / ou modifiées au moyen de lettres uniquement accessibles aux personnes âgées. Une lettre avec des directives supplémentaires ou de remplacement doit être faite aux endroits désignés dans le livre des anciens. Parfois, des sections entières sont barrées sur instruction. La politique la plus récente en matière d’abus sexuels figure en grande partie dans la lettre adressée à tous les corps d’anciens, datée du 1 de septembre 2017.

Plus haut dans la hiérarchie que les anciens sont les surveillants de circonscription et les surveillants de branche. En ce qui concerne les abus sexuels, le service juridique d'une branche dispose d'informations permettant de s'assurer que les politiques sont mises en œuvre de manière à ne pas enfreindre la loi du pays, si possible. Les personnes âgées confrontées à une accusation d'abus sexuel doivent immédiatement contacter le service juridique de leur agence. Après la réunion avec le service juridique, ils sont connectés au service de maintenance (voir le point 7 de la lettre À tous les corps d'aîné, 1 September 2017). Le service d'assistance indique aux anciens comment agir lorsqu'ils doivent enquêter sur une allégation d'abus sexuel, si un comité judiciaire est formé, des restrictions ou des exclusions et des demandes de restauration. Un manuel avec des directives est utilisé à cet effet, connu en anglais sous le nom de Lignes directrices sur la protection des enfants pour les bureaux de service des succursales. C'est sans doute aussi une version néerlandaise.

Le site Web des Témoins de Jéhovah comporte une section de connexion, où les membres peuvent accéder aux informations en fonction de leur position dans la hiérarchie.

Trompeuse? Un exemple australien

Cette information hiérarchique peut être trompeuse, ou du moins brosser un tableau meilleur que la réalité. Les membres d'église ordinaires ne reçoivent qu'une partie des informations, généralement la partie qu'ils souhaitent également partager avec le monde extérieur. Ce dernier est bien illustré par un exemple australien. À la fin de l'été de 2002, il y avait une lettre à toutes les municipalités envoyé. La raison en était que les médias avaient rapporté comment différentes organisations religieuses avaient traité les allégations d'abus sexuel. Cela pourrait amener les témoins de Jéhovah à se demander comment cela fonctionne pour eux. Pour savoir comment répondre dans une telle situation, le "point de vue biblique" a été expliqué dans la lettre.

À la suite de cette lettre, des questions ont été posées à la succursale. Dans une lettre de la succursale australienne à tous les corps d'anciens datée du 10 October 2002, il est répondu à ce qui suit:

2 ou notre lettre datée d'août à toutes les congrégations australiennes, datée du mois d'août 28, 2002: «Nous avons depuis longtemps demandé à d'autres sources de signaler aux autorités les allégations de maltraitance à enfant, même lorsque il n'y a qu'un témoin. »Cette déclaration doit être comprise dans le contexte suivant: (1) Il s'agissait d'une lettre générale adressée à la congrégation et non spécifiquement à l'ailleurs; et (2) la Société a depuis longtemps pour instruction ailleurs de suivre la procédure suivante:

  • «Lorsqu'ils reçoivent des informations faisant état de maltraitance physique ou sexuelle ou de maltraitance d'enfants ailleurs, ils devraient contacter immédiatement le service juridique de la Société. Les victimes de tels abus doivent être protégées contre le danger. "- Voir la lettre AB: À tous les corps des aînés, août 25, 1989, page 3.
  • «Lorsqu'un membre de la congrégation est accusé ou victime de pédophilie, tout le monde devrait contacter immédiatement la Société. Certains États imposent de signaler toute accusation aux autorités compétentes, mais ce n'est pas le cas d'autres. … Avant de parler à l'un des accusés, la Société devrait contacter l'ailleurs. ”- Voir lettre SA à tous les cadavres ailleurs, novembre I, 1995, page 1.”

Dans le reste de cette lettre, il est expliqué que (en Australie) les lois varient d'un État à l'autre et peuvent évoluer dans le temps. La définition de la maltraitance des enfants n'est également pas définie légalement. Par conséquent, les anciens doivent toujours contacter (le service juridique de) la succursale afin qu’ils puissent agir conformément aux lois en vigueur à ce moment et à cet endroit.

La phrase mentionnée soulevant des questions suggère que des cas d'abus sexuel ont été signalés aux autorités pendant une longue période. Au moins en Australie, dans les États où cela est requis par la loi. L'enquête par le La Commission royale sur les réponses institutionnelles à l'exploitation sexuelle des enfants montrer, cependant, qu'aucun des auteurs de 1006 connus de l'organisation des témoins de Jéhovah entre 1950 et 2015 n'a ​​été rapporté par les anciens aux autorités. Il n’est donc pas surprenant que les anciens aient interrogé la branche sur ce passage de texte. Dans la réponse qu'ils ont reçue, il a été souligné que le texte en question faisait partie d'une lettre générale aux municipalités ou aux membres ordinaires. Les anciens devaient suivre les instructions reçues de la société depuis longtemps.

Les membres ordinaires de la congrégation ne savent rien des instructions que reçoivent les anciens. Ils ne savent pas que les anciens doivent contacter immédiatement (le service juridique) de leur succursale. Ils ne savent pas que les anciens doivent suivre scrupuleusement les instructions qu'ils reçoivent d'en haut. Cependant, ils ont reçu cette lettre de 28 en août 2002 A toutes les congrégations l’impression (erronée) que les anciens ont longtemps dénoncé les autorités, même s’il n’ya pas deux témoins de la maltraitance.

Pays-Bas: un "nouveau" protocole?

Un document portant ce nom a récemment été publié aux Pays-Bas. La position biblique des témoins de Jéhovah sur la protection des enfants produit. Au cours de la troisième semaine de mars, l’annonce suivante a été faite aux membres de la congrégation, qui devait se lire exactement comme suit:

'Nous voudrions vous informer qu'une déclaration a été publiée avec le titre La position biblique des témoins de Jéhovah sur la protection des enfants. Si vous souhaitez en recevoir une copie en tant que membre de la congrégation, vous pouvez vous en procurer une auprès du coordonnateur du corps des anciens ou du secrétaire. Recevez nos salutations chaleureuses. Vous frères, congrégation chrétienne des Témoins de Jéhovah. "

Pas un mot sur la maltraitance sexuelle d'enfants, alors que le document parle de cela. Il n'est pas distribué non plus, mais uniquement à ceux qui le demandent. Il y a de fortes chances que les membres d'église ordinaires oublient bientôt son existence.

Même pour les aînés, il n'y a pas de transparence dans ce cas. La couverture médiatique des violences sexuelles chez les Témoins de Jéhovah et les entretiens avec des employés du ministère de la Justice et de la Sécurité ne sont pas mentionnés. Pour expliquer le document, la lettre d'accompagnement indique que les éditeurs - membres de la municipalité - posent parfois des questions sur la façon dont l'organisation considère la maltraitance des enfants et que ce formulaire a pour but de fournir une réponse. Cependant, les anciens sont priés de suivre scrupuleusement les directives telles qu'elles apparaissent dans la lettre à tous les corps des anciens de 1 September 2017.

Dans le lettre du ministre Sander Dekker à la chambre basse de 21 en mars 2018, le ministre semble présumer que l'administration des témoins de Jéhovah "s'est montrée disposée à prendre un certain nombre de mesures" en élaborant un protocole. Cependant, rien n'a changé depuis la première réunion des responsables du ministère avec des représentants des Témoins de Jéhovah. La politique est toujours la même, le document récemment publié est en gros une traduction d'un document existant en Australie et ne fournit qu'une information partielle. Encore une fois, cela concerne des informations qui - éventuellement - peuvent être partagées avec le monde extérieur, mais cela ne montre pas comment la politique fonctionne réellement.

Depuis 1 May, le document sur la protection des enfants est disponible downloaden sur le site officiel des Témoins de Jéhovah. Il est répertorié sous «Informations juridiques», sous «Ensembles d’informations téléchargeables», destiné aux fonctionnaires, aux organisations de défense des droits de l’homme et aux entreprises juridiques. Cet emplacement trahit-il le groupe cible réel pour cette information?

Une signature pour le traitement de données

Le 25 May, le nouveau règlement général sur la protection des données (AVG) est entré en vigueur dans l'ensemble de l'UE. Étant donné que l'organisation des Témoins de Jéhovah conserve des registres de ses membres, il a été demandé à chaque "éditeur" de signer une déclaration de consentement. En signant, quelqu'un donne la permission à tous les départements de l'organisation des Témoins de Jéhovah et à d'autres organisations apparentées "d'utiliser leurs données personnelles de manière licite, dans le respect de leurs intérêts religieux". Selon le formulaire de consentement, la personne qui signe a été informée de l'existence d'une page sur jw.org concernant la politique de confidentialité et a eu la possibilité de la lire.

Signer le formulaire semble être une condition requise pour pouvoir participer à certaines activités religieuses et recevoir un soutien spirituel. Cependant, on ne dit pas qu'une personne qui ne signe pas le formulaire n'est probablement pas éligible pour devenir un "serviteur ministériel", un ancien ou un "pionnier". Cette information est dans le formulaire ci-joint (S-291) qui est uniquement connu des aînés. La même feuille d'instructions indique également que quelqu'un qui refuse de signer le formulaire conserve néanmoins des registres dans la municipalité locale. Cette information se trouve sur sa «carte d’éditeur» (S-21), qui fait généralement référence au nombre d’heures qu’il a consacrées à l’évangélisation aux côtés de son nom et de sa date de baptême.

Le formulaire de communication d’avril 2018 (S-147-18), qui s’applique également aux anciens, indique que le secrétaire doit informer le corps des anciens si un éditeur refuse de signer le formulaire de consentement.

Les membres ordinaires de la congrégation ne savent généralement pas quelles informations sont conservées à leur sujet. Vous autorisez le traitement de «données personnelles» au moyen d'une signature. Sur le page sur 'politique de confidentialité' sur le site: Le terme "données personnelles" utilisé dans la présente politique désigne des informations telles que votre nom, votre adresse électronique, votre adresse postale, votre numéro de téléphone et toute autre donnée permettant de vous identifier. Toujours sur la page "Politique globale pour l'utilisation de données personnelles", on a l'impression que les données personnelles concernent le nom, l'adresse (postale), le numéro de téléphone et éventuellement aussi des données financières lorsqu'un don a été effectué.

Cependant, les informations pertinentes pour recevoir un "soutien spirituel" et être entièrement qualifiées pour un "serviteur ministériel", un aîné ou un pionnier, signifient que l'on garde une trace de ce qui est lié à son attitude et à son comportement. en ce qui concerne l'organisation. Il s'agit ensuite de savoir si une personne participe diligemment au travail d'évangélisation, obéit scrupuleusement aux directives ou montre une attitude critique, a été réprimandée pour un péché, a été limitée ou même exclue. Ce sont donc des informations autres que des données personnelles pouvant être utilisées pour identifier une personne.

La majorité des informations sur le site Web parlent de sécurité et de protection des données personnelles susmentionnées. Mais les informations que l'organisation des Témoins de Jéhovah conserve en réalité avec ses membres (et anciens membres) sont beaucoup plus sensibles. La conservation de ces données est justifiée sous le couvert de la liberté religieuse. Mais il n'y a aucune transparence à ce sujet, pas même pour les membres, alors qu'ils (sans le savoir) apposent une signature pour cela.

Conclusion

L'organisation des témoins de Jéhovah n'est pas transparente pour ses membres, ni pour le monde extérieur. Ils veulent que cela paraisse plus beau qu’il ne l’est réellement.

Étant donné que les membres d'église ordinaires ne sont pas au courant de la politique actuelle en matière d'abus sexuel sur enfants, ils peuvent conserver l'image «nettoyée» au monde extérieur lorsqu'ils reçoivent des questions. En conséquence, ils ont moins tendance à croire les informations sur les abus qui leur parviennent des médias et du monde entier. Ils croient vraiment que leur organisation se porte bien. Le manque d'informations peut rendre les gens aveugles à la réalité et empêcher que les victimes d'abus sexuel soient prises au sérieux.

Bien que les membres d'église ordinaires ne soient pas au courant de la politique, l'organisation peut renoncer à ses responsabilités. En outre, il existe des divergences dans les conseils donnés aux membres de la congrégation et aux victimes d'abus sexuels et dans les politiques que les aînés doivent appliquer.

Sources:

 

Une réflexion sur "Accessibilité des informations en fonction de qui vous êtes avec les Témoins de Jéhovah"

  • Mon mari et moi avons quitté l'organisation parce que nous avions découvert que la vérité n'était pas aussi vraie que nous le pensions. Parce que nous étions exclus, nous avons appelé un ancien dans notre cas, W van Schoten, il y a environ un mois, pour dire que nous étions La loi AVg ne voulait pas être enregistrée dans la municipalité de Geleen.
    Ils l'avaient fait, ils n'avaient que notre nom et la date d'exclusion qu'ils ont sauvegardés.
    Je n'aime rien non plus. Ont-ils quelque chose de nous?

Laisser un commentaire