Une «hetze» et une «fondation hurlante»? - une nouvelle lettre à Michel van Hilten

Blog

Cher Michel,

Vous serez sans doute très occupé, je vais donc essayer de le garder le plus court possible. Je sais qu'en tant qu'attachée de presse d'une organisation nationale, vous ne pouvez pas toujours dire tout ce que vous pensez ou pensez. Cela ne me surprendrait pas si vous n'étiez pas satisfait de votre récente apparition dans les médias à RTV Drenthe.

Des phrases telles que "nous ne nous reconnaissons pas dans les chiffres" et ensuite "nous ne tenons pas de statistiques, mais le numéro appelé par la fondation nous est très utile", ne sont pas très convaincantes. Vous appelez l'attention des médias sur le sujet des témoins de Jéhovah et des abus sexuels un peu dommage, "parce que c'est plus gros que ce que nous pouvons voir ici". Qu'entendez-vous exactement par là, Michel? Pensez-vous réellement que si le siège social à Emmen ne trouve rien de dérangeant dans le domaine des abus sexuels, il ne se passe pas grand-chose? Avez-vous sincèrement pris la peine d'entamer un dialogue avec "cette fondation de cri" avec sa position tendancieuse et avez-vous réellement essayé de découvrir les faits? (Proverbes 18: 13 dit quelque chose de gentil à ce sujet).

En tout cas, j'en avais déjà un l'été dernier lettre ouverte écrit à propos de ce thème, mais il me semble que cela ne fait pas de mal de récupérer cette lettre des archives.

Enfin, je voudrais signaler qu’une sœur a écrit la semaine dernière à une telle salle du royaume 200 aux Pays-Bas pour informer les divers anciens par le biais d’une lettre de mise à feu.

Cette lettre a déjà été publié sur le site de Reclaimed Voices et était déjà passionnément partagé. Je vous recommande fortement de lire également cette lettre, car elle montre clairement que la banalisation du problème que vous avez maintes fois confronté constitue le moyen le plus rapide de retirer vos frères et sœurs de l’organisation et de les rendre inactifs. Dans ce sens, vous pouvez prendre un exemple de "notre" homologue babylonien de Rome qui, après avoir passé beaucoup de temps là-dessus, veut faire face aux faits.

Les mesures répressives prises par l'organisation pour faire taire les préoccupations critiques concernant cette question n'ont jusqu'à présent conduit qu'à une publicité encore plus négative et à une "apostasie".

Il est trop tard pour lisser, Michel, beaucoup trop tard.

Alors arrêtez de jouer à la poupée de ventre pour une organisation qui a fait ses preuves dans ce domaine n'a plus la confiance de 'César' et un nombre croissant de membres.

Sincèrement,

le témoin qui parle (*)

* De Témoin parlant est un témoin actif de Jéhovah lié à l'une des congrégations locales des Témoins de Jéhovah aux Pays-Bas. Il critique la façon dont les témoins de Jéhovah réagissent aux reportages sur des abus sexuels dans les médias, montrant qu'il y a des personnes au sein de l'organisation qui estiment que les abus sexuels devraient être traités différemment.

Blogs de la Témoin parlant articuler l'opinion personnelle de l'auteur. Cet avis personnel ne correspond pas automatiquement à l’avis du conseil d’administration de la Fondation. Reclaimed Voices.

2 commentaires

  • Je dois "enregistrer" pour Michel. Il est membre des "Ordres des employés à plein temps" et a dû faire une déclaration d'obéissance. Cette déclaration est aussi intentionnellement signée par la personne elle-même. Obéissance à une organisation: pas à Dieu! Donc, il ne peut pas s'en empêcher.
    Lisez le livre: captifs d'une illusion, de don Cameron.

    S'il vous plaît être anonyme !!!

  • Il y a des années, j'ai travaillé pour Michel van Hilten.
    Van Hilten senior y travaillait également à l'époque. Je me souviens que des collègues femmes, en particulier des jeunes filles (conseillères du début de 20) ont déclaré qu’elles éprouvaient un vif sentiment de la part de Van Hilten senior. Lorsqu'il devait leur expliquer quelque chose, il se frottait toujours les mains sur le dos (de nos jours, cela tomberait dans la catégorie «Moi aussi»!). Je pense que je devrais le signaler de toute façon.

Laisser un commentaire