L'imagerie entrave la compréhension du problème de l'abus

articles

Waarschuwing: En raison de la sensibilité du sujet, cet article peut déclencher des réactions émotionnelles. Cependant, nous pensons qu'il est important d'aller au cœur du problème. Il est important d'éviter les inexactitudes.

Dans un article récent van Hart van Nederland qualifie de pédophilie le philosophe et sexologue culturel Erik van Beek: «Tout ce qui a trait au sujet semble mettre immédiatement un frein à la capacité de nuancer ou de penser.» La maltraitance sexuelle d'enfants est un sujet chargé d'émotion. 

Les gens ne connaissent souvent pas la différence entre la pédophilie et les abus sexuels sur enfants. Nous le voyons également dans les déclarations concernant l'organisation des Témoins de Jéhovah. Cela préserverait et retiendrait (dix) milliers d'accusations concernant des pédophiles. Le mot «pédophiles» semble s’appliquer à tous les abuseurs d’enfants. C'est factuellement incorrect. 

De plus, de nombreux anciens Témoins de Jéhovah semblent trébucher sur le mot «péché» en référence aux abus sexuels. Une certaine explication de l'utilisation des mots «péché» et «crime» semble également nécessaire. 

80% des enfants maltraitants ne sont PAS des pédophiles

La pédophilie signifie que quelqu'un - adulte ou adolescent - est principalement attiré sexuellement par des enfants pré-adolescents (et donc pas encore matures). Cela concerne les enfants de 13 ou moins. Tous les pédophiles n’ont pas de rapports sexuels avec des enfants. Une personne ayant des sentiments pédophiles peut bien se rendre compte que les relations sexuelles avec des enfants sont socialement inacceptables et préjudiciables à l'enfant.

La pédosexualité met en pratique les sentiments pédophiles. La pédophilie ne coïncide pas toujours avec la pédosexualité. La pédophilie concerne le désir de contacts sexuels avec des enfants, de pédosexualité et de relations sexuelles avec des enfants. 

80% des abus sexuels sur enfants ne sont pas des pédophiles (Rapporteur national 2014, page 64). Dans la plupart des cas, il y a des délinquants occasionnels ou des délinquants anti-sociaux. Dans ces situations, il n’est donc pas question d’attirance sexuelle pour les jeunes enfants. Il est donc inexact de qualifier de pédophiles tous les agresseurs sexuels d’enfants. Cela détourne du problème actuel. Il présente les abus sexuels commis sur des enfants comme un problème de pédophiles alors qu’il est beaucoup plus grave que cela. 

Délinquants antisociaux et délinquants occasionnels

L'auteur antisocial ne se soucie généralement pas de savoir avec qui il a des relations sexuelles. Les enfants sont des victimes faciles. Les auteurs antisociaux manquent souvent d'une conscience qui fonctionne bien. Là où un pédophile chérit souvent une véritable affection pour l’enfant, l’agresseur antisocial ne l’a pas. Ce sont les auteurs antisociaux qui sont les principaux responsables des cas les plus graves de maltraitance, parfois avec des conséquences fatales. (Pensez par exemple à Marc Dutroux).

Les délinquants occasionnels sont normalement attirés sexuellement par les adultes. Ils ont des relations sexuelles avec un enfant (ou des enfants) en raison de l'opportunité et des circonstances personnelles qui contribuent à l'abus. Cela peut inclure un père (ou une mère) qui, en raison d'un divorce, du décès d'un partenaire ou peut-être de problèmes sexuels au sein du mariage, est incapable de satisfaire ses désirs sexuels et qui attaque un (propre) enfant. Le tourisme sexuel comprend également les délinquants occasionnels. Les circonstances et la situation déterminent ici l'abus. Une autre cause nécessite une approche différente de la prévention. Les problèmes qui ont conduit ou pourraient conduire aux abus doivent être abordés. 

Comme chacun le sait, l'organisation des Témoins de Jéhovah tient des registres des membres et anciens membres accusés d'abus sexuels. La grande majorité de ces allégations ne sont pas de la pédophilie. Il est incorrect de désigner tous les auteurs d'abus sexuels comme des pédophiles. 

Péché contre crime

Les anciens témoins de Jéhovah disent que les abus sexuels ne sont pas un péché mais un crime. L'organisation des Témoins de Jéhovah reconnaît elle-même qu'il s'agit d'un crime. Pourtant, ils insisteront sur le fait que c'est un péché. Ce n'est pas rare pour une organisation religieuse. Quelque chose peut être un crime aussi bien qu'un péché. Un crime est un terme juridique utilisé pour une violation de la loi séculière, un péché est un terme religieux utilisé pour une violation de (ce qui est considéré comme) la loi de Dieu. 

C'est le contexte qui détermine quel mot est utilisé. Il faut s’attendre à ce que l’abus sexuel dans un article de la Watchtower soit principalement appelé un péché. Après tout, il s’agit d’un article religieux qui explique comment les plaintes pour maltraitance sont traitées au sein d’une organisation religieuse. Ce ne serait étrange que de parler d'un crime dans ce contexte. Les aînés n’ont aucune autorité pour traiter les crimes, parce que cela constitue une violation de la loi du monde. Ils ont autorité sur une violation d'une loi religieuse.  

Nous voudrions bien sûr que la police et les autorités judiciaires gèrent les abus sexuels. En ce qui concerne les cas d'abus sexuel sur des enfants, les Témoins de Jéhovah peuvent encore être améliorés en ce qui concerne l'engagement et le renvoi aux autorités compétentes. 

Ce remue-ménage autour du mot "péché" détourne en réalité des vrais problèmes. Vous ne pouvez pas améliorer les choses en montrant que vous ne vous connaissez pas vous-même dans quel contexte vous devriez utiliser les mots «péché» et «crime». 

Se concentrer sur les problèmes actuels 

Si nous voulons qu'un problème soit abordé ou résolu, nous devrons aller au cœur du problème. Une utilisation incorrecte du terme «pédophiles» attire l'attention sur ce groupe relativement restreint de personnes (qui, d'ailleurs, ne sont pas toujours des auteurs!) Et détourne l'attention du problème beaucoup plus vaste. Après tout, 80% des abus sexuels ne sont pas commis par des pédophiles. De nombreux abus sont commis par des délinquants antisociaux et occasionnels. Différents motifs et facteurs jouent un rôle dans les deux. Si d'anciens Témoins de Jéhovah dépeignent les agresseurs sexuels comme des prédateurs chassant des enfants, alors les véritables motivations et causes du problème sont ignorées. Cela peut en fait aggraver le problème.

Les témoins de Jéhovah appellent les abus sexuels un péché. Dans la Bible, les abus sexuels sur enfants ne sont pas mentionnés comme un péché. Vous pouvez donc aussi être heureux qu'une organisation religieuse qui prend la Bible la considère plutôt comme un péché. Cela signifie qu'ils la rejettent moralement. Un cas peut être distingué de quelle perspective et dans quel contexte un mot (religieux) est utilisé. Les témoins de Jéhovah reconnaissent que c'est un crime pour les lois du monde. Le problème n'est pas l'utilisation du mot «péché», mais la résistance à exprimer des problèmes internes et à faire rapport aux autorités. 

Il est compréhensible que le sujet de la maltraitance sexuelle d’enfant suscite des émotions, surtout si vous en avez été vous-même impliqué. Ces sentiments peuvent être là. Mais les émotions peuvent aussi obscurcir notre vision de la question. Pour aller au cœur du problème, il est important d'éviter les inexactitudes et de ne pas rester bloqué dans des problèmes secondaires ou des phénomènes périphériques. Ce n’est que par la recherche de la véritable racine du problème que l’on pourra travailler sur une solution.

Laisser un commentaire