Les victimes d'abus sexuels seront-elles reconnues par les Témoins de Jéhovah l'année prochaine?

Blog

Un journaliste de Trouw En août 9, 2002 a demandé au porte-parole de la communauté des Témoins de Jéhovah s'il y avait des cas connus d'abus sexuel au sein de la communauté. "Le registre est blanc vierge, car je n'ai jamais entendu parler de tels abus aux Pays-Bas", a répliqué le porte-parole.

Le 29 de décembre, le porte-parole actuel des Témoins de Jéhovah décide dans l’affaire Journal néerlandais l'entretien avec les mots: "Notre objectif principal est de garder l'organisation propre". Dans 2018, ce même porte-parole des médias a indiqué que le nombre de signalements d’abus sexuels liés à des actes de Reclaimed Voices être connu "est très très élevé".

Ces incidents nous disent qu’il n’ya pratiquement aucune idée de la prévention des abus sexuels d’une part, et de l’accent mis sur la victime de l’autre. Il semble que la communauté soit convaincue qu'il n'y a pas de problème structurel. Imaginez: en tant qu'enfant, vous avez été agressé sexuellement par un confrère croyant. En vieillissant, vous constaterez que la violence vous touche de plus en plus. En fin de compte, vous ne fonctionnerez plus. Vous cherchez de l'aide. Vous faites cela au sein de la communauté, parce que cela est attendu de vous et parce que vous êtes éduqué avec l'idée que la "solution" est proposée au sein de la communauté, et non en dehors de celle-ci.

Reconnaissance

Et maintenant ça vient: le besoin le plus important est reconnaissance de l'abus. En fait, c'est le médicament le plus puissant pour une bonne récupération. Imaginez que vous ayez rassemblé le courage de partager votre expérience avec un ancien, puis le processus de reconnaissance commence. Le scénario le plus souhaitable consiste à vous demander ce dont vous avez besoin pour guérir. La communauté doit offrir une aide basée sur la compréhension, la connaissance des conséquences de la violence sexuelle, de l'empathie et de la sincérité. Les intérêts de la communauté, les atteintes à la réputation et l'absence de connaissance du problème auront l'effet inverse. Pas la victime, mais mettre sa propre religion au centre est néfaste et ne conduit pas au rétablissement.

Quelle est la pratique? L'influence des déclarations des porte-parole des médias donne un sentiment de déni du traumatisme. La politique et l'approche n'aident pas les victimes. La victimisation secondaire résulte simplement du fait que la victime ne reçoit pas la reconnaissance nécessaire pour procéder au rétablissement. L’expérience montre que la victime doit satisfaire aux «exigences» avant que le problème ne soit traité par les aînés. Le fardeau de la preuve leur est essentiel. Si ce n'est pas présent, on demande à la victime de ne plus en parler. Le conseil est donné de mettre l'affaire entre les mains de Dieu. Quelle est la conséquence? Il n'y a pas de reconnaissance. La victime est seule. Alors que toute l'aide est nécessaire.

Quand j'ai lu l'interview d'août 2005 dans Trouw - uniquement dans 2002 - quelque chose s'est cassé en moi. Depuis 1994, je lutte pour trouver une solution à mon problème. Mon cœur a crié pour être entendu et vu. Je ne voulais pas rencontrer l'agresseur cinq fois par semaine lors de réunions. Les aînés ont entendu ce que j'ai dit, mais n'ont pas écouté. Ces hommes "sages" ne pourraient pas répondre à mes besoins. Ils ont adhéré à la politique imposée d'en haut. Je ne me suis jamais senti plus seul que ce moment. Tous les aspects possibles de la reconnaissance n'ont pas été donnés. Je suis devenu abattu, déprimé et je n'avais plus envie de vivre. Le deuxième traumatisme a été introduit, ou victimisation secondaire.

Que signifie reconnaissance pour une victime? La reconnaissance concerne l'empathie, le sentiment d'être pris au sérieux et le partage de l'histoire. La victime veut que le passé soit écouté et écouté avec respect. Reconnaître la victimisation signifie confirmer explicitement à la victime que les souffrances qui ont été subies se sont produites en dehors du contrôle de la victime et que cela n'aurait jamais dû arriver. Donner de la reconnaissance est différent pour chaque victime. Il n'y a pas une seule approche ou voie. La liberté de choix et l'autonomie sont au cœur de cette exploration.

Conseils pour guider les témoins de Jéhovah

Si les dirigeants des Témoins de Jéhovah veulent vraiment aider les victimes, comment peuvent-ils le faire? La communauté doit avant tout veiller à ce que la victime se sente vue et entendue. Faciliter les conversations entre collègues est un moyen. C’est ce dont tout le monde dans la communauté a besoin d’être informé. Des experts en expérience peuvent être activement déployés pour aider les victimes et réviser les politiques internes.

Les récits de victimes montrent que la prévention de la violence à l’avenir était une raison importante de contacter Reclaimed Voices. Si aucune mesure n'est prise pour prévenir les abus à l'avenir, cela signifie que les victimes ne sont pas prises au sérieux.

Comment l'excuse de l'auteur et les dirigeants des Témoins de Jéhovah peuvent-ils assurer le rétablissement? Si une excuse est faite, elle doit consister à reconnaître la responsabilité de ce qui est arrivé et de ses conséquences, à exprimer sa compassion et à proposer des mesures correctives. Il est important que ce soit un regret sincère, qui devient visible par l'action. À ce jour, la direction n'a fourni aucune excuse pour les abus. En fait, ils reconnaissent à peine qu'il en existe. Les aînés sont instamment priés d'écrire une lettre à la victime pour lui demander pardon, une fois qu'ils ont pris connaissance de leurs actes. Cependant, ceci est distinct de l'offre d'une excuse.

Une excuse peut mener au pardon, mais ce n'est pas nécessaire. Des excuses peuvent être présentées publiquement et aux victimes individuellement. Par exemple, le pape a présenté des excuses publiques à l’Eglise catholique pour son rôle dans les scandales d’abus. Les dirigeants des Témoins de Jéhovah peuvent offrir une excuse pour leur rôle de dissimulation des abus et d'application de politiques néfastes. Ils peuvent fournir un site commémoratif ou un musée.

En bref, à quel défi la communauté des Témoins de Jéhovah est-elle confrontée?

C’est la reconnaissance des abus sexuels au sein de la communauté et la reconnaissance de l’histoire aux victimes individuelles par:

  1. Donnez la parole aux victimes en faisant référence au contact avec des compagnons d'infortune ou en facilitant et en développant une plate-forme numérique ou un monument contenant des informations sur la recherche, l'aide et les récits de victimes.
  2. Un regret sincère en présentant des excuses publiques.
  3. Définir des mesures pour prévenir, identifier et combattre les abus sexuels.
  4. Constituer un groupe d’écoute composé, entre autres, d’experts expérimentés dans le but de réaliser un changement de politique et d’examiner les recommandations du rapport de l’Université d’Utrecht.
  5. Impliquant activement les prestataires de soins professionnels et la médiation de récupération au sein de la communauté.
  6. Donner aux victimes l'occasion de parler à un représentant (senior) de la communauté pour pouvoir raconter leur histoire et recevoir une excuse
  7. Compensation financière par exemple par le biais de régimes existants, tels que le Fonds d'indemnisation pour les crimes violents et l'indemnisation générale.

J'attends avec impatience les recommandations du comité de recherche de l'Université d'Utrecht. J'espère sincèrement que les conseils contenus dans le rapport sont applicables à la reconnaissance des victimes d'abus sexuel, ce qui contribue au rétablissement. J'attends également avec impatience le titre de la prochaine publication de La Tour de Garde:

"Nous donnons le bon exemple: enfin la reconnaissance des victimes d'abus sexuels!"

 

Laisser un commentaire