Que se passe-t-il d'autre?

Blog

Chers amis, vous aurez remarqué que les derniers mois, ou peut-être un peu plus longtemps, ont été plus calmes Reclaimed Voices. L'été dernier, nous en avions un délai d'attente fendue. À peu près au même moment, les choses ont commencé à jouer un rôle dans ma situation privée qui exigeait de l'attention et de l'énergie. J'étais sans abri depuis près de trois ans maintenant, vivant de mes économies, attendant de pouvoir prétendre à un logement. Mon argent a manqué et j'ai été obligé de demander de l'aide. À l'automne, j'ai réussi à trouver un travail temporaire, en janvier j'ai finalement trouvé une maison et dans les semaines qui ont suivi, j'étais occupé à bricoler et à meubler.

Pendant ce temps, a joué - et joue! - il y a en effet toujours tout à voir avec les abus sexuels parmi les Témoins de Jéhovah, qui ne sont pas toujours immédiatement visibles pour tout le monde. Entre-temps, nous avons partagé quelques messages avec vous, mais il est peut-être bon de donner un aperçu pour qu'il devienne plus transparent.

Recherche par l'Université d'Utrecht

L'enquête sur Abus sexuels et volonté de dénoncer au sein de la communauté des témoins de Jéhovah terminé et le rapport envoyé au ministère de la Justice et de la Sécurité. Le rapport sera rendu public au plus tard six semaines plus tard.

Début janvier, il est devenu clair que la divulgation aurait lieu dans la semaine du 20 janvier. Plus tard, nous avons eu une date précise: le 23 janvier. Parce que nous recevrions sans aucun doute des questions des médias, nous nous demandions si, en tant que Reclaimed Voices ont été autorisés à consulter le rapport plus tôt. On nous avait promis de le recevoir sous embargo la veille, le mercredi 22 janvier. Nous avons également reçu une invitation des chercheurs de l'Université d'Utrecht pour un entretien jeudi matin avant sa publication. Cela nous a permis de poser des questions et de leur fournir une explication.

Cela s'est avéré différemment. Le conseil des témoins de Jéhovah à Emmen a déposé un procès-verbal à la dernière minute pour empêcher la publication du rapport. Au lieu de lire le rapport d'enquête, nous nous sommes assis ce mercredi après-midi au tribunal du centre des Pays-Bas. Dans le couloir, car l'avocat des Témoins de Jéhovah a demandé que l'audience se déroule à huis clos et le juge l'a accordée.

Vous savez maintenant le résultat: jeudi, nous étions de nouveau devant la même cour et les objections des Témoins de Jéhovah ont été entendues par le juge rejeté à tous égards. Le rapport a été rendu public.

Les Témoins de Jéhovah poursuivent l'OM

Au cours de la même semaine où la procédure sommaire était pendante, nous avons appris que les Témoins de Jéhovah avaient également engagé une action en justice contre le ministère public. Ils ont trouvé illégaux les raids dans les salles du royaume, la succursale d'Emmen et dans certaines maisons d'anciens. Ils ont invoqué le droit à la non-divulgation que les anciens auraient des informations partagées avec eux pendant la pastorale.

L'affaire devait avoir lieu le 29 janvier, mais la veille, le conseil des témoins de Jéhovah a reçu la contre-objection du ministère public. Ils ont demandé report et l'affaire a été déplacée au 6 mars. À ce moment-là, ils ont demandé un autre report, et l'affaire est finalement arrivée le 10 avril. Nous étions maintenant au milieu de la crise corona et l'affaire a été menée via des bulles vidéo. En dehors des parties impliquées, certains journalistes ont eu la possibilité d'appeler et de suivre l'affaire.

La journaliste Marinde van de Breggen s'est inscrite à l'issue de la session Trouw: "Si la communauté religieuse a raison du juge, cela signifie que le raid était illégal. En conséquence, les documents saisis ne devraient pas être utilisés comme éléments de preuve dans l'affaire pénale contre le suspect maltraité. " Nous attendons donc avec impatience le verdict du 8 mai.

Le ministre Dekker et les témoins de Jéhovah

Le ministre Dekker voudrait que la communauté des Témoins de Jéhovah prenne en compte et applique les recommandations du rapport. Il a donc envoyé le rapport de recherche au gouvernement national à Emmen plus tôt en décembre. Même sous embargo. Le conseil d'administration de la congrégation chrétienne des Témoins de Jéhovah des Pays-Bas a répondu par une longue lettre au ministre Dekker, dans lequel ils ont exprimé leurs objections au rapport. La chambre est d'avis que le rapport contient des «erreurs graves», que le gouvernement ne devrait pas fonder ses décisions sur lui et que le rapport ne devrait pas être rendu public [Lire ici notre réponse à la Opinion d'expert annexé à la présente lettre].

Après que le juge a rejeté les objections des Témoins de Jéhovah à la publication, une autre conversation a eu lieu entre le ministre Dekker et le conseil des Témoins de Jéhovah d'Emmen. Le ministre a de nouveau demandé que les recommandations du rapport soient prises à cœur. Le conseil d'administration délibérerait à ce sujet et répondrait plus tard au ministre.

Le conseil d’administration Reclaimed Voices a été autorisé à parler au ministre Dekker. C'est pourquoi nous nous sommes rendus à La Haye le 2 mars. Au cours de la conversation, j'ai eu l'impression que le ministre voulait principalement se forger une opinion sur qui nous étions. À un moment donné, il a conclu - quelque peu satisfait, je crois - que nous ne nous sommes pas présentés comme d'anciens membres mécontents qui voulaient détruire l'organisation des Témoins de Jéhovah. Ainsi, au moins dans la lettre, le gouvernement des Témoins de Jéhovah nous avait dépeints.

Le ministre Dekker informera la Chambre des représentants des résultats de l'enquête sur les abus sexuels sur les témoins de Jéhovah. Il a d'abord voulu attendre la réponse du jury des Témoins de Jéhovah, à la suite de la conversation avec lui. Le ministre a maintenant reçu cela. Le ministre Dekker a également décidé d'attendre la décision de l'appel. Car l'administration des Témoins de Jéhovah n'était pas satisfaite du jugement du juge.

Un appel concernant le rapport UU

"Si le rapport est rendu public, nous utiliserons tous les recours disponibles pour contester les conclusions et recommandations", avait écrit le conseil des Témoins de Jéhovah des Pays-Bas au ministre Dekker en réponse au rapport d'enquête.

Les références aux articles de la Convention européenne des droits de l'homme dans la lettre à Dekker me donnent l'impression que les Témoins de Jéhovah plaident pour la liberté de religion. Ils semblent se sentir attaqués et discriminés pour leur foi. La mauvaise chose à ce sujet est que l'organisation des Témoins de Jéhovah déplace l'attention et devient une victime. De cette façon, ils semblent être la partie lésée qui défend ses droits.

L'appel est toujours en instance et je ne peux rien dire de plus. Lorsque nous aurons des nouvelles à ce sujet ou s'il y a une déclaration, nous vous le ferons savoir.

En attendant, n'oublions pas ce qui compte vraiment. Il s'agit de sécurité pour les enfants. Il s'agit de la bonne aide pour les victimes d'abus sexuels et de la reconnaissance de ce qu'elles ont subi. Il s'agit de savoir comment une communauté - bien que religieuse - et sa gestion traitent les situations d'abus sexuels et leurs victimes.

Crise de la couronne

Pendant ce temps, nous sommes au milieu d'une crise corona. Ce n'est donc peut-être pas si grave que tout cela semble prendre du temps avec les développements. Les politiciens et les médias se concentrent désormais principalement sur le virus corona, les mesures et leurs conséquences. Nous devrons simplement garder à l'esprit qu'il recevra à nouveau l'attention nécessaire au bon moment.

Je peux imaginer que les mesures corona ont également des conséquences tangibles pour vous tous. Le manque de contact, la proximité physique, la sécurité et le confort qui viennent d'une étreinte, un sentiment de solitude. Nous espérons vous revoir nombreux à une époque où nous pourrons nous saluer à nouveau avec une étreinte. D'ici là, soyez particulièrement gentils entre vous et avec vous-même!

Cordialement,

Aswin

Une réflexion sur "Que se passe-t-il d'autre?"

Laisser un commentaire